Ah, qu’il est loin le temps où la fonction Comp & Ben pouvait se contenter de créer un nouveau produit – participation aux primes d’assurance, chèques restaurant, vacances ou Réga, intéressement, long-term incentives… – pour combler tout le monde.  Qu’il est loin le temps du one-fit-all. Aujourd’hui, le C&B doit se montrer d’une grande sophistication pour pouvoir faire la différence en termes d’attractivité sur un marché des talents souvent tendu. Aujourd’hui, la fonction Comp & Ben, globale par nature, se doit également d’être chirurgicale et individuelle pour être performante.

Probablement que cette tendance connait plusieurs origines :

Depuis des décennies, les décideurs RH s’appliquent à individualiser la performance, il est alors d’une logique implacable que les collaborateurs aspirent, en retour, à une individualisation de la reconnaissance de cette performance. C’est un premier élément.

L’internationalisation des entreprises et la globalisation des marchés, en créant une concurrence mondiale des talents, forcent les C&B à mettre en place des stratégies de diversification pour rendre leur organisation attractive.

La donnée générationnelle est également une des causes principales du besoin de sophistication des stratégies C&B. Il semble en effet clair que ce n’est pas avec un plan de retraite, quel que soit le béton dont est fait votre 2ème pilier, que vous allez pouvoir faire fantasmer un blockchain developer de 22 ans.

Enfin, la révolution digitale, les SIRH et l’accès aux datas jouent indubitablement un rôle majeur dans l’évolution de la fonction. La possibilité d’extraire et de croiser des données très précises a ouvert un immense champ des possibles dans l’élaboration des politiques C&B.

Mais alors, quelles sont-elles ces nouvelles tendances, ces voies à explorer ? Quel virage ne faut-il pas rater dans sa stratégie C&B ? Quel train prendre ?

Vendredi, 10 mai, c’est un expert de classe internationale qui viendra nous parler de ces tendances et répondre à vos questions. Enrique Zamarbide qui a dirigé pendant plus de 15 ans la fonction C&B pour des entreprises telles que Medtronic, Alstom ou plus récemment Deutsche Post DHL, est indiscutablement l’homme qui saura nous éclairer sur les enjeux du C&B dans nos organisations respectives à l’occasion de notre prochain lunch.

Alors, chers amis du Cercle, avant nos retrouvailles, méditons un peu cette citation d’un fameux groupe de penseurs du XXème siècle, ABBA :

Money, money, money, Always sunny, In the rich man’s worldAh oui, vraiment ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :